Mes lectures du mois | Février


Ce mois-ci j’inaugure un nouveau type d’article. Mes lectures du mois, comme son nom l’indique, est un moyen pour moi de vous faire découvrir toutes mes lectures, ou du moins mes lectures sur la bande dessinée. Tout simplement parce que je n’ai pas le temps d’écrire un article complet pour chaque album lu. Et puis parfois je n’ai pas forcément envie de parler de certaines BD en particulier, ya ça aussi ! Ça ne veut pas dire non plus que les albums qui apparaitront ici seront ceux qu’il faudra oublier ! Loin de là, je dirais même qu’en fait il y aura forcément beaucoup de super lectures, c’est une certitude puisque tout ce que je chronique, je l’achète, et je ne suis pas fou au point d’acheter des albums avec de très mauvaises critiques pour juste remplir ce blog d’articles. La BD est pour moi une passion, pas un métier et donc mon but est de prendre du plaisir à chaque album sans contrainte. Mais parfois, comme tout le monde, je me fais avoir par des critiques un peu trop dithyrambiques – ça m’est arrivé le mois dernier avec Lionel J et les PD du cul par exemple – ou je découvre que mon flair a finalement alléger mon portefeuille de 15€ pour un livre que je n’ai pas apprécié… ça arrive !  Voilà ça me permettra de vous parler de tout ça. Rendez-vous plus ou moins le dernier jour de chaque mois.

On commence par un mois assez riche avec la lecture du crossover Age of Ultron, logiquement suivi par le prélude au nouvel event majeur de Marvel en France : Infinity. Un crossover qui débute officiellement au mois de mars chez nous avec juste un an de retard sur la parution Américaine. Mais vous le savez chez Marvel, c’est assez complexe et bon nombres de séries gravitent autour de la série principale, j’y reviendrais plus bas. Toujours venu d’Outre-Atlantique, j’ai enfin lu le Mon ami Dahmer de Derf Backderf et j’ai découvert Homeland Directive, un excellent thriller  de Robert Venditti et Mike Huddlestone. La bande dessinée Européenne n’est pas en reste puisque la suite de la colère de Fantomas – le tome 2 – m’a enchantée comme avait pu le faire le premier tome, le pilote à l’édelweiss de Romain Hugault se termine sur un troisième volume intéressant et puis j’ai également lu ce mois-ci, Amarillo, le tome 5 de Blacksad qui fût une lecture divertissante. La lecture manquante du mois à été Ainsi se tut Zarathoustra de Nicolas Wild. Et puis pour finir je vous parle de Wet moon la dernière série d’Atsushi Kaneko que j’attendais avec impatience.

Comme c’est assez rare pour être signalé, en ce doux mois de février, j’ai fait un article sur KBD, wouhouuu ! Ça se passe par ici : Anne Frank au pays du manga

Age of Ultron 1 à 6 | Brian M. Bendis & Brian Hitch, Carlos Pacheco, Collectif

album-cover-large-210979782809436709_cgalbum-cover-large-21833album-cover-large-22334album-cover-large-218704073466506

Henry « Hank » Pym, scientifique de génie et membre fondateur des Avengers est un super-héros connu pour avoir porté plusieurs identités au cours de sa carrière : Ant-Man, Giant-Man, Goliath, le Frelon et la Guêpe.Mais il est aussi connu pour avoir créer Ultron. Le problème est qu’Ultron a développé une conscience à part entière. Il cherche depuis à défier son concepteur et à anéantir l’espèce humaine. Durant des années, les Avengers ont réussi à repousser cet adversaire, mais Ultron ressurgit toujours et devient à chaque fois plus puissant. Tous craignent qu’il arrive à prendre le contrôle de la Terre… et ce jour est venu ! Cette saga apocalyptique nommée Age of Ultron nous plonge brutalement au cœur du conflit, dans un monde en ruine. Sachez enfin qu’il ne s’agit pas d’une dimension parallèle mais bien de l’univers « classique », appelé Terre-616, dans lequel évolue la plupart des héros Marvel. [Synopsis éditeur]

Bon, donc avec ce pitch vous l’aurez compris, on reste dans la grande tradition super-héroique, le méchant veut anéantir l’espèce humaine ! Waouh ! Ok ya pas vraiment de scoop,AgeOfUltron_5_Preview2 mais franchement j’ai bien aimé ce crossover. J’ai aimé parce que je pense que cela faisait un bout de temps que je n’avais pas lu de série bien « mainstream » comme on dit (rien depuis Civil War), et du coup, il y a un petit effet nouveauté qui agit sur moi. En tout cas, un truc n’a pas changé chez Marvel (ou la maison des idées), c’est le côté compliqué des parutions si vous souhaitez suivre le crossover dans son intégralité et au moment de la parution. En gros Age of Ultron, la série principale, se déroule sur 6 tomes de 28 pages chacun (le format presse), ce qui n’est pas très long mais qui suffit amplement à un scénariste comme Brian M. Bendis pour raconter une histoire qui tient la route. Mais si vous voulez prolonger la lecture et surtout approfondir le sujet, des histoires parallèles existent et il vous faudra absolument la checklist de Panini Comics pour savoir quelle série vous devez acheter dans votre maison de la presse préférée. Sinon vous attendez l’intégrale qui sortira quelques mois plus tard. Bref voilà pour ceux qui ne connaissait pas bien le système de parution particulier des comics.
Je le disais, j’ai aimé Age of Ultron aussi parce qu’il y a tout ce que j’aime lorsque je veux lire ce genre de comics, de la baston entre super-héros et de la destruction massive. Mais ce n’est pas juste une lecture pour bourrin, c’est vraiment bien scénarisé et vous aurez votre lot de surprise et de cliffhanger, et j’aime aussi comment Bryan Bendis met tous ces super-héros dans des situations complètement désespérées. Côté dessin, pas de surprises, Bryan Hitch – pour les 3 premiers numéros – et Carlos Pacheco – pour les 3 suivants – sont vraiment excellents, c’est beau et ça reste dans l’esprit super-héros ! Je vous conseille cette série, malheureusement il est assez difficile de se procurer les 3 premiers numéros. Mais Bryan Bendis continue de révolutionner la maison des idées avec ses scénarios qui mettent à mal des super-héros, il dépoussière, et c’est jouissif !

Et si vous souhaitez vous lancez dans la lecture de comics Marvel, c’est le moment puisque la maison d’édition exécute depuis juillet 2013 un nouveau reboot de ses séries avec l’événement Marvel Now !. En gros tout reprend depuis le début, et ça recommence entre autre chez les X-men avec All-new x-men de Mister Bendis himself et Stuart Immonen aux pinceaux ! (le 26 mars)

Et pour ceux qui ne veulent pas lire, rendez-vous en 2015 avec le nouveau film événement, Avengers : Age of Ultron !

The Avengers 7 et 8 | Jonathan Hickman & Mike Deodato Jr, Collectif
Prélude à Infinity

album-cover-large-22340album-cover-large-22471

infinity3

Infinity – Tome 1

Les Avengers formaient autrefois une « simple équipe » de super-héros, ayant juré de protéger la Terre de certaines des plus grandes menaces. Depuis, les choses ont changé, les enjeux sont devenus incroyablement élevés, et les ennemis incroyablement plus puissants. Captain america et Iron Man l’ont compris, et ils ont recréé l’équipe en engageant certains des plus puissants héros de la Terre, de l’espace… et même de dimensions parallèles. Parmi eux, il y a désormais Captain Universe et bien d’autres. Ils ont eu à affronter Ex Nihilo et Abyss, des créatures extraterrestres conçues par les mystérieux Bâtisseurs pour servir de « jardiniers » de l’évolution sur différentes planètes, créant de nouvelles formes de vie, par exemple en Terre sauvage et les Avengers veulent garder le contrôle de tout cela. Mais il existe aussi une autre équipe, les Illuminati, qui sont confrontés à une autre menace. Ils ont pu repousser une première tentative d’invasion grâce à la puissance du Gant de l’Infini, mais voilà que cet objet est perdu à jamais. Et tandis qu’ils étudient les moyens de résister au retour inévitable de cette menace, les Avengers réalisent que quelque chose ne tourne pas rond dans l’univers, car ils captent de mystérieux signaux… [Synopsis éditeur]

Infinity c’est l’événement Marvel de l’année 2014 en France, avec un an de retard sur les États-Unis, seulement j’ai envie de dire. Alors en fait ça commence officiellement en mars pour la série principale – qui comptera 6 volumes – , en revanche pour cette série – et à la différence de Age of Ultron – j’achèterais tous les numéros et donc ça commence maintenant avec les numéros 7 et 8 de The Avengers dans lesquels vous trouverez le prélude à ce crossover. Après Age of Ultron il fallait faire encore plus fort et un méchant encore plus puissant. Thanos était le personnage tout indiqué pour répondre à ce besoin. Il revient et les Avengers vont en prendre plein les dents. J’ai pas forcément grand chose à dire sur les numéros 7 et 8 de The Avengers, c’est vraiment une introduction, les éléments se mettent doucement en place et l’intérêt de ces deux numéros est assez limité finalement si vous n’êtes pas un fan fondu de super-héros. Le rendez-vous important est donc bel et bien le 4 mars avec la sortie du premier numéro de la série principale. En plus ce premier opus est vendu à 2€ pour 64 pages, et ça c’est sympa ! Une preview de quelques pages était dispo sur le stand Panini Comics à Angoulême et ça semble super prometteur et c’est servi par le dessin époustouflant de Jim Cheung, a ne pas rater donc.

Mon ami Damher | Derf Backderf

arton91-7f0db

Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de l’Ohio située non loin de Cleveland. En 1972, il entre au collège, où il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, un enfant solitaire au comportement un peu étrange. Les deux ados se lient d’amitié et font leur scolarité ensemble jusqu’à la fin du lycée. Jeffrey Dahmer deviendra par la suite l’un des pires serial killers de l’histoire des États-Unis. Son premier crime a lieu à l’été 1978, tout juste deux mois après la fin de leur année de terminale. Il sera suivi d’une série de seize meurtres commis entre 1987 et 1991. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison, Dahmer finira assassiné dans sa cellule en 1994. [Synopsis éditeur]

Voilà l’une de mes meilleures lectures en ce mois de février, ou du moins l’une des plus intrigantes. C’est vrai que j’ai du mal à me mettre à la place de Derf mauvaise-graine-bien-trop-negligee-1243819-616x380Backderf, d’abord parce que je n’ai pas eu de camarades de classe qui est devenu un serial killer – ou alors je ne le sais pas encore ^^ – et puis c’est tellement hallucinant de voir comment Jeffrey Dahmer est passé au travers des mailles du système. Derf raconte cette amitié et reviens surtout sur ces détails, ces anecdotes qui auraient dû mettre la puce à l’oreille aux adultes qui entouraient Dahmer, et par adultes j’entends évidemment les parents mais aussi l’encadrement scolaire. Mais visiblement dans les années 70, voir un ado se passionner pour les carcasses d’animaux mort et les dépecer – ou les diluer dans de l’acide – ne choquait pas. Tout cela passait pour des bêtises d’adolescent, et Dahmer était considéré tout au plus comme un excentrique par ces camarades de classes. Il était bon élève et très poli avec les professeurs. Son problème était ces pulsions incontrôlables qui le persécutaient, et qu’il a finalement écoutées. Derf Backderf ne s’intéresse ici qu’à la naissance du mal chez Dahmer et tente grâce à plusieurs sources – dont ses propres souvenirs – de donner au lecteur quelques pistes pour comprendre comment Jeff Dahmer est devenu le cannibale de Milwaukee.
Toutes ces sources sont justement disponibles en fin d’album et j’ai d’ailleurs trouvé ces documents parfois plus intéressants que la partie BD qui m’a semblé parfois répétitive et un peu longue. Mon ami Dahmer reste une lecture obligatoire dont vous ne ressortirez pas indemne. C’est d’ailleurs le livre qui a été choisi par les chroniqueurs de KBD comme album de l’année. Gage de qualité donc ^^
Une petite mise en bouche ? (sans mauvais jeux de mots), suivez le lien : Jeff Dahmer

Homeland directive | Robert Venditti & Mike Huddlestone

the_homeland_directive_cover_sm_lg

Chercheuse émérite de sa génération, le Dr. Laura Regan est à la tête du Centre National des Maladies Infectieuses des États-Unis. Mais lorsqu’un de ses proches collègues est retrouvé mort, le crime lui est immédiatement imputé. Avec l’aide de trois agents fédéraux, convaincus que cette accusation sans fondement dissimule en réalité une conspiration d’envergure gouvernementale, la jeune scientifique va devoir échapper à la traque de mercenaires déterminés, mais aussi d’une équipe de cyber-détectives plus renseignés sur elle qu’elle ne l’aurait imaginé. [Synopsis éditeur]homeland_01

Homeland directive est un one shot de 140 pages au rythme soutenu. C’est ce qui est toujours un peu délicat avec ce type de format en un seul volume, car soit le récit débute trop lentement et du coup la fin est expédiée en 3 pages ou alors pire que ça, l’auteur prend des raccourcis, fait passer à la trappe des transitions qui rendrait le tout plus fluide et lisible, et donc ça devient fouillis et d’un ennui mortel. Avec le récit de Robert Venditti (The surrogates) c’est ni l’un, ni l’autre, le rythme est parfait du début à la fin et franchement il m’a été impossible de lâcher le livre avant d’en connaître le dénouement. J’ai été absorbé par l’intensité digne d’un blockbuster hollywoodien – je ne serais d’ailleurs pas étonné de voir une prochaine adaptation sur grand écran – et puis j’avoue, il y a ce petit côté « théorie du complot » qui plait toujours, laissant planer le doute sur les véritables intentions de nos dirigeants (Américains ici).
Aux crayons – à la tablette graphique – c’est Mike Huddlestone (Butcher Baker) qui nous régale de son style changeant. Le trait est tantôt réaliste, tantôt plus léger. De la même manière, la mise en couleurs varie beaucoup avec des planches très colorées – voire flashy – qui alternent avec des pages sombres et brumeuses lorsque l’on est dans le bureau du président des États-Unis par exemple. D’ailleurs à ce sujet, le visage du président n’est jamais visible, un artifice bien pratique pour ne pas avoir d’ennui avec l’administration Américaine. Mike Huddlestone a créé également un mélange astucieux de dessins et de photographies, ce qui offre un réalisme non négligeable au récit. Franchement une excellente BD que je vous conseille vivement !

La colère de Fantômas | Tout l’or de Paris – Tome 2
Olivier Bocquet & Julie Rocheleau

la-colere-de-fantomas-bd-volume-2-simple-51157

Dans ce deuxième épisode de La Colère de Fantômas, le criminel sans visage ni états d’âme qui terrifie les habitants de Paris depuis seize longues années acolere-fantomas-t2-lor-paris-L-4TfYwZ maintenant juré de voler tout l’or de la capitale. Dans une frénésie galopante, et avec pour seule compagnie l’énigmatique lady Beltham, il tue les témoins embarrassants et pille les coffres-forts de la Banque de France. L’inspecteur Juve et Fandor se lancent rageusement à sa poursuite pour qu’enfin cessent ses crimes. [Synopsis éditeur]

Voilà un second tome qui s’inscrit à merveille dans la lignée du premier volet. Olivier Bocquet continue de nous raconter son histoire de Fantômas avec beaucoup de talent. La galerie de personnages est toujours aussi truculente et sa vision du personnage maléfique est toujours aussi enthousiasmante. Encore un épisode bien rythmé, au scénario intelligemment conçu, fait de rebondissements, de scènes humoristiques permanentes, de bonnes séquences de bastons et pas mal de clins d’œil judicieux, à Méliès par exemple. En plus Olivier Bocquet nous gratifie, en fin d’album, d’un magnifique cliffhanger qui augure un prochain et dernier tome somptueux. J’en ai pas encore parlé mais Julie Rocheleau magnifie ce scénario avec des planches hautes en couleurs, jouant habilement avec la lumière et les ombres tout en faisant preuve de justesse dans le cadrage et le découpage et c’est clair, l’atmosphère de cette série lui doit énormément. C’est la bonne série du moment.

Le pilote à l’édelweiss | Walburga – Tome 3
Yann & Romain Hugault

EDELWEISS#3_mep_cover.indd

1918 ; depuis plus de quatre ans, la grande boucherie mondiale poursuit ses ravages, engloutissant avidement la fine fleur de la jeunesse européenne dans un maelström de sang, de boue, de barbelés et de désespoir… À l’arrière, les parisiens eux-mêmes redoutent chaque nuit les raids des terrifiants Gotha, les bombardiers géants allemands ; l’hôpital où est soigné Henri Castillac n’est pas épargné. Dans son lit, impuissant, ce dernier commence à regretter la9782888906087_pg substitution d’identité qu’il a effectuée avec son frère. Redevenu grâce à ce subterfuge pilote au sein des Cigognes, Alphonse aligne victoire sur victoire ; malheureusement, à cause de cette substitution, il ne peut reconquérir le cœur de Valentine sans dévoiler la supercherie… Alphonse Castillac  va une ultime fois affronter son plus impitoyable adversaire, Erik, le redoutable « Pilote à l’Edelweiss », dans un duel sans merci, à très haute altitude. Mais Alphonse va surtout devoir tenter de triompher définitivement de ses propres démons intérieurs, autrement plus angoissants… et tout particulièrement l’énigmatique Walburga ! [Synopsis éditeur]

Yann et Romain Hugault mette fin à leur collaboration sur cette série avec un tome 3 qui fait toujours la part belle aux scènes de combats aériens. Bien sûr en parallèle ils mettent un point final à l’intrigue des frères jumeaux. Malgré cela et l’arrivée de Walburga – un nouveau personnage – c’est vrai que le scénario de Yann est un tout petit peu répétitif avec ce nouveau combat aérien entre Erik, le pilote à L’Edelweiss et Alphonse. Mais franchement ça reste une excellente série illustrée de main de maître par Romain Hugault qui continue à faire de chaque album un superbe objet. Je crois qu’il y a peu de dessinateurs qui peuvent réussir ce coup de force que chaque case soit parfaite.
Je vous conseille aussi :
Le grand duc
Au-delà des nuages
Le dernier envol

Blacksad | Amarillo – Tome 5
Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

91QOY4-sW7L._SL1500_

Nouvelle-Orléans : Weekly doit quitter la ville ; il y laisse John qui préfère rester sur place pour chercher du travail. Par chance, celui-ci croise justement un riche Texan qui lui propose de ramener sa voiture chez lui : un boulot simple et bien payé ! Le détective accepte, mais, dans une station-service, il se fait voler la voiture par Chad Lowell et Abe Greenberg – deux écrivains beatniks qui cherchent à rejoindre Amarillo, au Texas. Bientôt, une querelle entre les deux hommes, rivaux, vire au drame : Chad, poussé à bout, tire sur Abe qui meurt sur le coup. Obligé de fuir, Chad trouve refuge dans un cirque. John se lance à sa poursuite sur les routes américaines du Nouveau-Mexique, du Colorado, du Texas et de l’Illinois. [Synopsis éditeur]

On a beau aimé ça ou pas mais en tout cas chaque sortie d’un album de Blacksad est un événement et celui-là n’a pas dérogé à la règle, il était très attendu ! Et visiblement le succès ne se dément pas depuis le tome 1 qui a propulsé cette série et par la même occasion les deux auteurs sur leBlacksadTome5_3 podium des ventes de BD en France. Cette fois notre John Blacksad se trouve au milieu d’une histoire sordide et d’un quiproquo qui va l’emmener dans un bon vieux road-movie à l’ancienne. Juan Diaz Canales entraine son personnage – et le lecteur par la même occasion – à la rencontre des saltimbanques d’un cirque. Évidemment la bonne vieille recette qui a fait le succès des anciens tomes est reprise ici avec en point d’orgue l’inévitable résolution de l’enquête par le détective zoomorphe. Ouais voilà, Blacksad c’est bien mais c’est un peu toujours la même chose quand même. Moi j’aimerais que Juan Canales prennent un peu plus de risques avec ses personnages et pas seulement de suivre le schéma « un album = une enquête » sans malmener les protagonistes. J’aimerais un truc un peu plus adulte en fait, qui explore plus profondément les personnages. Guarnido est toujours très bon dans le dessin même si j’ai l’impression que le trait est un peu moins précis. Côté couleur c’est toujours superbe mais encore une fois j’ai l’impression que certaines planches sont plus fades que d’autres mais peut-être que cela vient de l’édition… je ne sais pas. Bref Blacksad reste malgré tout une référence et une valeur sûre lorsque vous voulez passez un bon moment de lecture.

Wet Moon | Tome 1
Atsushi Kaneko

WM1_JAQ_v2.indd

Japon, années 1960. Dans la moiteur d’une station balnéaire aux accents de Las Vegas, royaume des faux-semblants et de la corruption, le jeune et irréprochable inspecteur Sata enquête sur le meurtre d’un ingénieur. Lorsque ses pas le mènent sur le lieu de travail de la victime, une enwet-moon-piece-btreprise fabriquant des modules pour un mystérieux programme spatial, une secrétaire prend la fuite, attirant sur elle tous les soupçons. Alors que Sata la poursuit, il perd subitement connaissance. À son réveil, un éclat métallique est logé dans son crâne, provoquant des pertes de mémoire et des hallucinations. Pour Sata, qui brûle de découvrir ce qui lui est arrivé, la traque de la suspecte prend bientôt la forme d’une obsession amoureuse. [Synopsis éditeur]

Et je termine ce mois avec le manga que j’attendais le plus, Wet moon du surprenant Atsushi Kaneko ! Il avait déjà fait très fort avec Bambi (6 tomes), il a fait encore plus fort avec Soil (11 tomes) et pour le coup ce Wet moon est annoncé comme son chef d’œuvre. Et force est de constater qu’ après ces deux récits fantastiques, Atsushi Kaneko m’a encore bluffé avec ce premier tome. Sur trois volumes nous allons suivre l’enquête de l’inspecteur Sata pour retrouver cette fille qu’il lui a échappé. Ce polar-thriller contient les outils scénaristiques auxquels nous a habitué le mangaka mais je trouve qu’il fait preuve ici d’une plus grande maitrise encore. Le lecteur est directement embarqué dans les méandres du récit, car le fait que le personnage principal soit victime d’hallucinations et de flashback offre à Atsushi Kaneko les moyens de produire une série captivante. Honnêtement je ne me suis jamais sentis perdu, au contraire malgré la complexité supposée du scénario, la lecture est fluide et le puzzle prend déjà forme. En plus on retrouve ici l’atmosphère atypique de l’auteur parfois pesante mais toujours servit par un trait que beaucoup compare à Charles Burns ou Paul Pope !
C’est mon coup de cœur du mois, une lecture indispensable !

Publicités

Une réflexion sur “Mes lectures du mois | Février

  1. Pingback: Mes lectures du mois | Mars | stripbystrip

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s