Saison brune | Philippe Squarzoni


Notre mode de vie ressemble à un conte de Noël.
Dans ce monde enchanté, joyeux et sans limite…
où l’abondance est inépuisable…
où l’avenir est ouvert…
et nos désirs sans conséquences…
… nous nous racontons des histoires.(page 268)

saison-bruneSaison brune ne devait être à l’origine que la dernière partie de l’album Dol sortit en 2007. Dans cet album  l’idée de Philippe Squarzoni était de dresser un bilan des politiques libérales menées pendant le second mandat de Jacques Chirac. Mais il lui manquait un dernier chapitre sur le bilan écologiques des gouvernements Raffarin et Villepin. Alors il décide de s’y mettre, il se documente beaucoup sur le sujet du réchauffement climatique car il l’avoue lui-même, il n’y connait rien en matière d’écologie. Il va tellement approfondir la question qu’il va finalement consacrer à ce sujet ce présent volume de presque 500 pages. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que  le résultat est alarmant !Et finalement il lui faudra 6 longues années pour terminer saison brune.

Philippe Squarzoni décide de nous expliquer tous les rouages du réchauffement climatique. L’équation est complexe, et le tout est basé sur des faits scientifiques qui ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il y a un changement climatique majeur depuis 1950 et le début de l’ère industrielle. Des données très précises telles que le taux de CO² dans l’atmosphère qui a su rester stable durant 800 000 ans et qui explose depuis la révolution industrielle du milieu du XXème siècle. Effet de serre, influence de la production d’énergie d’origine fossile, réchauffement climatique, vous saurez tout et vous allez tout comprendre ! Avant la lecture de ce livre j’avais du mal à me rendre compte du problème. C’est quoi le réchauffement climatique ? Et surtout, j’avais du mal à prendre conscience du nombre d’indicateurs qui étaient pris en compte par les climatologues pour démontrer que la Terre est bien mal en point. En réalité ce sont des centaines de ces indicateurs – relevés des températures, analyse de la calotte glaciaire et des forêt, etc.. – qui entrent dans un calcul complexe  exécuté par des ordinateurs chargés de créer des modèles mathématiques qui permettent aux scientifiques de nous situer par rapport aux changements que subit la planète. Sommes-nous au début ou pas du réchauffement ? La Terre est malade, mais à quel point ? Voilà la question !

Avec l’aide d’un groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) et à grand renfort de chiffres, de statistiques, de dates et de notions assez techniques, l’on découvre lentement l’ampleur du désastre qui nous menace. Évidemment ce réchauffement climatique est le résultat d’une consommation excessive . C’est notre manière de vivre qui est pointée du doigt. L’industrialisation, la production de masse, les transports, et bien sûr notre consommation d’énergie toujours plus importantes voire gargantuesque ces derniers années avec l’émergence de pays comme l’Inde ou la Chine.

La dernière crise d’extinction des espèces, c’était celle des dinosaures, il y  a 65 millions d’années. Je ne sais pas comment mieux exprimer l’urgence, la gravité de la situation. (page 264)squarzoni_systeme

squarzoni_2degres1Les discours est des plus clair. Il est déjà trop tard ! Aujourd’hui nous devons réduire nos émissions de CO², non pas pour éviter la catastrophe mais pour la limiter car il faut se rendre à l’évidence nous allons droit dans le mur, nous pouvons juste tenter de réduire la vitesse avec laquelle nous y allons ! En gros les décisions qui seraient prises maintenant, n’auraient réellement d’impact que dans 50 ou 60 ans. Les gaz à effets de serre restant dans l’atmosphère des dizaines, centaines ou milliers d’années, nos décisions sont en perpétuel décalage avec la réalité. La première moitié de l’album est presque entièrement dédiée à constater les dégâts et à expliquer scientifiquement pourquoi nous en sommes là, et ce que sera l’avenir… Une autre question se pose, quel sera l’impact à plus ou moins long terme sur la population mondiale ? Guerre, appauvrissement des sols par l’agriculture, manque d’eau… voilà les enjeux. Nous sommes coincés entre cette volonté de faire vivre chaque être humain correctement et l’envie de préserver la planète. Et le comble , c’est que selon les climatologues et les analystes géopolitiques, ce sont les pays les plus riches – donc ceux qui polluent le plus – qui s’en sortiront le mieux !

Les notions de croissance, de profit, de concurrence… impliquent des valeurs et des comportements qui ne sont pas compatibles avec la modération des besoins demandée par la préservation du climat.

Ne vous méprenez pas, Philippe Squarzoni ne se pose pas en donneur de leçons, et il ne tire pas de conclusions faciles (existe-t-il seulement une conclusion ?). Il s’intéresse aussi aux enjeux politiques, la dernière partie de l’album est consacré à cette partie de l’équation. Les solutions passent fatalement par des décisions politiques rapides, car à défaut de choisir notre avenir maintenant nous pourrions nous engluer dans une situation inextricable qui ne laissera plus aucun choix.

squarzoni_nucleaireOn pourrait penser que dans ce genre d’album le graphisme est secondaire tant le discours de fond se suffit à lui-même. Mais en réalité le trait de Philippe Squarzoni est particulièrement juste et apporte beaucoup au contenu. Le propos est régulièrement illustré par des dessins représentant des publicités de grandes société multinationales faisant l’apologie de la consommation. Cela donne un côté réaliste au discours de l’auteur.

Qu’est ce qui ressort de cette lecture ? Les sentiments sont multiples, on se rend compte que l’équation à résoudre pour s’en sortir est quasi impossible. La lecture de saison brune implique obligatoirement une prise de conscience sur l’ampleur de la catastrophe et de son urgence. Comment nier l’évidence ! C’est mathématiques, il n’y a pas de place pour un quelconque miracle. C’est à nous de faire les efforts. Personnellement je me dit que je peux faire quelque chose à mon niveaux… comme tout le monde je suppose, mais finalement il ne faut pas être hypocrite. Je suis coincé dans un monde de consommation dont il sera bien difficile de m’extraire. C’est d’ailleurs le sentiment qu’a ressentit l’auteur à plusieurs reprises. Ce face à face avec la réalité est déstabilisant et créé une grande inquiétude car – comme je le disais juste avant – tout est basé sur des chiffres et l’on se dit que la fin de ce système est en marche, n’ayons pas peur de le dire. C’est un livre introspectif, car il vous renvoie à votre propre manière de consommer… de vivre, peut-être même à notre propre utilité en tant qu’être humain. Il est dur de se dire que je participe à ça, à la destruction de la planète sur laquelle je vis…

Certes, l’album est long, presque 500 pages de notions assez techniques, mais cela va plus loin que la simple vulgarisation scientifique et l’on apprends beaucoup de choses sur les mécanismes naturels qui se sont mis en marchent. C’est aussi un bon moyen de se rendre compte des rouages politiques mis en place pour répondre au problème (là aussi c’est pas gagné). Pas besoin d’être un altermondialiste convaincu pour lire saison brune. C’est un album indispensable… J’ai presque envie de dire malheureusement !

Saison brune, de Philippe Squarzoni – Editions: Delcourt/2012 – 480 planches
>> Une interview de Philippe Squarzoni chez Bodoï

SB01squarzoni_nucleaire2squarzoni_indien

Publicités

3 réflexions sur “Saison brune | Philippe Squarzoni

  1. Belle claque hein? Pour ma part, ça a fait évoluer mon logiciel politique de référence. Même si j’étais engagé dans l’écologie politique, je prenais les décroissants pour de doux débiles. Squarzonni, sans faire mine de rien du tout, montre bien comment en fait il n’y a guère d’autre alternative responsable pour la planète. Mais comment faire, ça…. Je m’en vais aller découvrir les écrits de Paul Aries, le leader français de ce mouvement de pensée… Ceci dit, coup de bol, le parti auquel j’appartiens commence à faire de même…

  2. Pingback: Saison brune (Squarzoni) | K.BD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s