Mezek


C’est vrai qu’en y réfléchissant bien, André Juillard et Yann n’avait jamais collaboré sur un projet. C’est maintenant chose faite au travers de ce récit que Yann avait dans ces cartons depuis un bon moment et qu’aucun éditeur ne se risquait à dépoussiérer tant le contexte géopolitique de ce scénario était sensible, et il l’est encore aujourd’hui.

Le scénariste a donc décidé de refondre totalement le récit qu’il avait imaginé plus léger il y a 20 ans, pour en faire quelque chose de bien plus sérieux et beaucoup plus axé sur la psychologie des personnages. Après de nombreuses modifications scénaristiques et de longues recherches, le projet à pris forme et le dessin s’est vu confié à André Juillard. Et en lisant l’album, je contemplais les cases (les combats aériens sont splendides) en me disant qu’aucun autre dessinateur n’aurait fait l’affaire. Juillard c’est le dessinateur spécialiste de cette époque des années 50.

Ici nous sommes en 1948, l’état Hébreu d’Israël vient de naître que déjà la guerre fait rage avec l’Egypte qui n’hésite pas à bombarder les populations. Parallèlement l’état juif tente de se protéger et crée des escadrons de fortune (l’armée de l’air de Tsahal), avec le peu de moyen qu’ils ont, en rapatriant de vieux avions Tchèques, les « Mezek ». Des épaves volantes que Björn, le personnage principal, maîtrise comme nul autre. Il fait partie de ces mercenaires étranger qu’ Israël recrute contre de grosses sommes d’argents, pour combler le manque de pilotes. Ce qui énerve au plus haut point les pilotes Israéliens qui se battent pour un idéal, eux.

Cependant nous allons vite comprendre que le beau Suédois Björn cache un terrible secret. Secret que je ne vous révélerait pas, rassurez-vous, mais qui est lié à une vérité historique, car Yann le dit lui-même, « dans cet album, tout est vrai à 80% ». Une réalité historique qui permet de donner à cet album un peu plus de saveur et d’intérêt.

L’album fait se croiser la grande Histoire avec les « petites », celles d’amours et surtout le passé obscur de Björn, personnage énigmatique et ambigu. J’ai trouvé cet album remarquable dans sa construction, passionnant, porté par le trait toujours aussi élégant d’André Juillard.

Mezek – Scénario: Yann -Dessin: André Juillard –Editeur: Le Lombard/2011 -Planches: 60 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s